La Dépression anxieuse


90 % des adultes anxieux ont été, sont ou seront en dépression.

Pascal-Blanchard-01-78202_720x332

vivre_paix

yjshDhTnxqjIGIuI_bFFEoyCAFM


Il existe de nombreuses formes de dépression avec des troubles spécifiques apparentés :

  • dépression saisonnière,
  • dépression post-partum,
  • dysthymie,
  • psychose maniaco-dépressive ou dépression bipolaire,
  • dépression anxieuse,
  • dépression masquée,
  • dépression hostile ou agressive.
  • Dépression anxieuse enfant : séparation et performance

L'enfant anxieux a un risque de dépression élevé à l'âge adulte.


Il semble que l'anxiété de l'enfant se cristallise autour de deux pôles :

l'angoisse de séparation : se manifeste chez l'enfant qui redoute de passer quelques jours sans ses parents et pour qui toute séparation est une déchirure, l'angoisse de performance : concerne des enfants qui redoutent le jugement négatif des autres et de leurs parents en particulier.
Les enfants anxieux ou angoissés exacerbent la peur de leur propre incompétence et vivent très mal les périodes d'évaluation.


Un enfant anxieux est sujet à la somatisation :

  • maux de ventre,
  • insomnies,
  • eczémas, etc.

En savoir plus : dépression enfant

Adulte et dépression anxieuse : crises de spasmophilie
L'adulte anxieux a souvent été un enfant anxieux, car ce mode de fonctionnement psychique s'installe souvent de manière pérenne.
Les troubles anxieux développés par l'adulte peuvent le conduire à faire une dépression.
La peur et l'angoisse prennent des formes variées.
Les troubles anxieux se manifestent chez l'adulte par :
des attaques d'angoisse,
ou des crises de spasmophilie.

Distinguer peur normale et pathologique
Il faut distinguer des réactions de peur normale et des réactions inappropriées et qui débordent les ressources de l'organisme et du psychisme.
Quand la peur et la tristesse deviennent pathologiques
La peur comme la tristesse sont des émotions normales, indispensables à la survie de l'être humain.
Selon les circonstances, elles se manifestent de manière plus ou moins forte, de la simple inquiétude à la véritable angoisse, en passant par la détresse ou la peur.

La peur pathologique s'exprime par une attaque de panique :
elle se manifeste sous forme d'une crise d'angoisse aiguë, insupportable, on la confond souvent avec une crise cardiaque ou une crise de spasmophilie.
Au cours d'une telle crise, la personne est persuadée qu'elle va mourir ou qu'elle est en train de faire un malaise.

Une réaction d'alarme de l'organisme
La crise de panique ou crise d'angoisse est la conséquence d'une réaction d'alarme de l'organisme.
Il s'agit d'un mécanisme biologique normal lorsque l'organisme doit faire face à une situation d'agression par exemple.

Au cours de l'attaque de panique ou crise d'angoisse, ce système d'alarme s'active sans objet :
un état de tension, un mauvais souvenir, une sensation physique désagréable mettent en alerte l'organisme, l'adrénaline est libérée dans le cerveau avec pour conséquences : des bouffées de chaleur, une accélération du pouls, des sueurs, tremblements, etc.
la peur de faire un malaise, la sensation de devenir fou sont fréquentes.

Ces attaques de panique peuvent se répéter et devenir handicapantes en développant des phobies : la crainte d'un accès de panique peut conduire les personnes à se replier sur elles-mêmes, ne plus sortir, etc.
Cette peur d'avoir peur qui s'installe peut mener à la dépression.

De l'anxiété à la dépression anxieuse
Lorsque l'anxiété devient omniprésente, que la peur se manifeste à tout propos y compris pour des situations anodines, elle devient pathologique et constitue une maladie.

Les formes pathologiques de l'anxiété peuvent être :
le trouble anxieux généralisé,
le trouble panique,
la phobie sociale,
l'état de stress post-traumatique, ou encore les troubles obsessionnels compulsifs.

Soigner l'anxiété et prévenir la dépression anxieuse
Pour soigner les troubles anxieux, et du même coup prévenir une dépression, les thérapies comportementales sont les plus indiquées.
Elles ne nécessitent pas forcément la prise de médicaments.

Thérapie dépression
En complément d'un traitement pour dépression ou pas, le patient déprimé est bien souvent aidé par le suivi d'une thérapie spécifique.
Les différents types de thérapie pour la dépression
Aujourd'hui encore plus qu'hier, le terme de psychothérapie désigne un choix pléthorique de techniques différentes.

Le choix est immense.

Voici les thérapies les plus fréquentes pour aider une personne à guérir de la dépression :
psychothérapie dépression : thérapie cognitive et comportementale,
thérapies familiales,
pleine conscience ou mindfulness,
gestalt-thérapie,
psychanalyse,
sismothérapie,
cure de sommeil,
hypnose.

Quel que soit le choix de sa thérapie et de son thérapeute, un bilan biologique chez son médecin généraliste s'impose en premier lieu.

La thérapie seule guérit-elle la dépression ?
Les psychothérapies, comme les médicaments, sont des outils avec leurs utilités, leur efficacité, mais aussi leurs limites.

L'efficacité d'une thérapie psychologique qu'elle quelle soit dépend :
de la gravité de la dépression,
des affinités de la personne,
des aptitudes du patient à accepter les codes de la thérapie en question,
de la qualité de l'échange entre patient et thérapeute,
éventuellement du dialogue entre le médecin et le thérapeute non-médecin.

Un bon thérapeute n'enfermera pas son patient dans une seule solution thérapeutique et est ouvert à une approche pluridisciplinaire.
À noter : Les psychiatres, c'est-à-dire les médecins spécialistes de la santé mentale, sont souvent des thérapeutes, psychothérapeutes ou psychanalystes.

Thérapie dépression : optimale pour dépression légère
Des accidents de parcours, des deuils, des périodes difficiles sont le lot de tout un chacun.

Pour les dépressions légères ou encore événementielles :
l'emploi de médicaments n'est pas forcément nécessaire ni recommandé, une cure de quelques mois peut suffire à soulager la personne.

Pour les dépressions graves, de type mélancolique, maniaco-dépressif et bipolaire :
la thérapie seule est inopérante, elle doit impérativement être associée aux médicaments, car le risque de suicide est ici majeur.

Durée et coût d'une thérapie pour dépression
Pour les dépressions légères, la durée d'une thérapie qu'elle quelle soit, peut durer quelques dizaines de séances à quelques mois.
Pour le coût, il faut compter sur une moyenne de 50 ou 60 € par séance.

Certaines thérapies sont remboursées par la Sécurité sociale, d'autres pas : parlez-en à votre médecin.

Antidépresseur naturel
Les antidépresseurs naturels font partie des médecines alternatives ou traditionnelles.
Pour soigner une dépression légère, on peut utiliser les médecines douces en complément par exemple d'une psychothérapie : l'antidépresseur naturel, l'homéopathie, l'acupuncture, la luminothérapie ou encore une alimentation riche en omégas 3.

Antidépresseur naturel : un complément de traitement
L'antidépresseur naturel peut être utilisé en cas de dépressions légères non psychotiques.
En complément d'un traitement classique, on peut en effet utiliser des antidépresseurs naturels comme le millepertuis, la rhodiole ou encore les fleurs de Bach, les plantes Ayurvédiques (à suivre dans mon prochain article) sur www.sourcedeviesante.canalblog.com et pour les produits www.alineviesante.com
Les antidépresseurs naturels font partie des médecines douces qui proposent un ensemble de techniques pouvant soulager les cas de dépression légère.

 

sources : acfas.ca, psychologie, Faward, Dépressionnerveuse...